• Tapis sur lesquels il y a des images de la Kaaba

    Peut-on prier sur des tapis sur lesquels il y a des images de la kaaba et de la mosquée du Prophète Muhammad (sallallahu alayhi wa sallam) ?

    Le Cheikh ’Abdel-’Azîz Ibn ’Abdi-llâh Ibn Bâz a répondu :



    « Il convient de ne pas prier dessus, car se tenir debout sur la kaaba et marcher dessus est une sorte de mépris.


    Il n’est donc pas permis de représenter la kaaba sur les tapis, et il convient à celui qui en voit de ne pas acheter de tapis sur lesquels sont représentés la kaaba, car si elle est en face de lui elle le perturbera et si elle est en dessous de ses pieds, c’est une sorte de mépris.
    Donc le plus prudent pour le croyant est de ne pas utiliser ces tapis. »

    Tapis sur lesquels il y a des images de la kaaba

     

    « "Si ce que tu vas dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi"Attention : l'expression "toucher du bois" c'est du Shirk »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  • Commentaires

    1
    Ibrahima RAMADAN
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 19:22
    je suis en total désaccord avec cette fatwa. Ce n'est pas le tapis qui rend nul notre prière. Le coeur doit rester concentrer du début à la fin de toutes prières. Le tapis est seulement significatif sinon il ne reflète en rien notre prière. Celui qui veut être déconcentré sera déconcentré mais qui est concentré aura une prière agréee. Alahou alam. A salam aleykoum ramatoulah!!!!!
    2
    Akhy
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 19:34
    As salam Aleykoum akhy tu doit avoir un sacré niveau pour être en désaccord avec une fatwa d'un cheikh qui a étudié toute sa vie
    3
    taquillag
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 19:43
    Ma cha Allah le frere qui sort de nul pars et contredit la fatawa du cheikh..encore un cheykhounet du net
    4
    Anis
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 19:45
    Bien sûr Ibrahima a raison, vous vous prenez vraiment la tete avec des futilités... Nulle contrainte en Islam, travaillez et parlez plutot du comportement parce que l'Islam c'est bien plus qu'un sens du tapis ;) Waaaaa salamahlikoum (oups j'ai fait un smiley, je v aller en enfer! hihi)
    5
    aziz
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 19:50
    Salam alaykoum je tenais a dire que dans un notre hadithe il etais ecrit que a l'epoque du prophète sws il arriver meme que le muhadinne faisait l'adane sur la kaaba donc je comprend pas ou est le mepris
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Elmaze Bint Sayid
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:01

    Assalamu 'alaykum wa rahmatullah wa barakatuh,

    Comme toujours des débats sans aucune science, je n'en ai pas, au moins cela  préserve ma langue, par contre je sais que les savants sont quand même les héritiers des Prophètes.

    7
    aziz
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:07
    Et comme je ne suis ni un cheikh ni un cheikhounet la preuve est la et elle provient du meme site :
    http://www.islamhadithsunna.com/puisque-l-islam-interdit-l-adoration-des-idoles-pourquoi-les-musulmans-a113297822
    8
    aziz
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:09
    Sur ceux assalam alaykoum allah i hdina inchallah et si je peut partager ma science pourquoi ne pas le faire
    9
    Ermouze
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:30
    Les occidentaux ont envoyé des hommes sur la lune et non on est encore là à se poser ce genre de question. Puisque nous y sommes, vous pouvez demander au Sheikh s'il est hallal de respirer le même air que les kouffar?
    10
    Wissam
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:32
    Si cela donne du mépris a quelqu'un qui ne l'utilise, si une autre personne arrive a être concentrer il n'y a pas de mal comme l'a dit Aziz. L'Islam est dans le cœur et le comportement du musulman
    11
    Ermouze
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:32
    Les occidentaux ont envoyé des hommes sur la lune et nous nous sommes encore là à nous poser ce genre de question. Mais quand est ce que notre communauté apprendra enfin à avoir le sens des priorités. Puisque nous y sommes, vous pouvez demander au Sheikh s'il est hallal de respirer le même air que les kouffar?
    12
    Wissam
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:32
    Si cela donne du mépris a quelqu'un qui ne l'utilise par, si une autre personne arrive a être concentrer il n'y a pas de mal comme l'a dit Aziz. L'Islam est dans le cœur et le comportement du musulman
    13
    aziz
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 20:49
    Personnellement je vois pas le rapports envoyer des gens sur la lune c pas un des 5 piliers ni sunna et je vois pas ce que sa peut apporter a la oumma de le faire et de plus si sa vraiment etait fait paske jen suis pas si sure
    14
    alka
    Vendredi 30 Janvier 2015 à 21:44
    Slm hlkm à l'époque du prophète on priait pas sur des tapis et si vous regardez bien la ka3ba est au niveau de la tête sur les tapis en question pas au niveau des pieds. Comme d'hab une question qui sert à rien poser par un musulman de la 73 ème secte, la secte élue celle qui aura le droit au paradis. Qu'Allah nous guide.
    15
    Allo!!!
    Samedi 31 Janvier 2015 à 01:23
    Assalam alaykoum qu'une chose a dire Allah o arlem l'important c'est l'intention ne l'oubliez pas. Peu importe sur quoi vous priez
    16
    Une soeur
    Samedi 31 Janvier 2015 à 09:57
    Assalemou alaykom wa rahmatouLah,
    Soubhan ALLAH je suis choquée de voir le non respect voir le mépris de nos chouyoukh. Je vous rappelle que les savants répondent aux questions qu'on leur pose, ce n'est pas " futile " surtout qu'il s'agit de la SALAT ! Aujourd'hui les tapis de prière sont très largement utilisés alors s'il y a un moindre mal que l'on peut délaisser faisons le et soyons humbles et respecteux de la science de nos savants !!!
    17
    Mohamed
    Samedi 31 Janvier 2015 à 10:02

    Salam ou alaykoum, en effet je suis en désaccord avec cette soit disante fatwa, c n'importe quoi, ce sont des tapis fait pour prier, je ne vois pas la logique dans tous cela, a vouloir chercher a trop bien faire, va produire l'effet contraire .

    18
    Kassim
    Samedi 31 Janvier 2015 à 10:03
    Salam aleikoum lorsque tu doutes d'une chose à savoir si cette chose est bien ou mal alors délaisse la pour ce dont tu est sûr.
    Et au lieu de vous épiez les uns les autres demandez a dieu de nous guider et conseillez les frères et sœurs qui s'égarent plutôt que de les mepriser .
    Et pour répondre a ibrahima ramadan, tu sais nous sommes pas tous pareil dans le sens où certaines personnes ont une facilité à rester concentrer durant la prière alors que d'autres ont plus de difficultés tu es peut-être en désaccord parce que pour ton cas tu fais peut-être parti de ceux qui savent rester concentrer durant la salat mais ce hadith s'adresse à la oumma et non à toi personnellement . Voilà ! En espérant que je n'egare personne allahu ahlam qu'allah nous guide
    19
    hassad
    Samedi 31 Janvier 2015 à 10:15
    Moi je ne crois pas en ce qu'un site internet peut me dire, je ne sais pas qui relais cette information je ne sais pas si ces dire son authentique
    , alors je
    'ignore
    , faites en autant mes frères et soeurs
    20
    Ibrahim
    Samedi 31 Janvier 2015 à 12:16
    Raconte-leur l’histoire de celui à qui Nous avions communiqué Nos signes, mais qui s’en est volontairement écarté et qui, marchant dans le sillage du démon, alla grossir le rang des égarés. [176] Et si Nous avions voulu, Nous l’aurions sauvé, grâce à Nos signes ; mais il avait opté pour la vie matérielle de ce monde et obéi à ses instincts, donnant ainsi l’exemple du chien qui ne cesse de haleter, qu’on le traque ou qu’on le laisse en paix. Telle est l’image de ceux qui traitent Nos signes de mensonges ! Raconte-leur ces récits ! Peut-être les feront-ils réfléchir?
    21
    Anis
    Samedi 31 Janvier 2015 à 15:22
    Cherchez entre vous (La Oumma) un accord dans le désaccord et non un désaccord dans l'accord... Vous embrouillez les gens qui veulent entrer dans notre belle religion comme les nouveaux convertis avec des questions superficielles comme celle d'un sens de tapis! Et si je tourne mon tapis pour le partager avec un frère pour prier, haram ou pas??? Que de questions existentielles........... Qu'Allah nous guide.
    22
    fares
    Samedi 31 Janvier 2015 à 22:07

    Fatâwâ de l'Imâm Mâlik


     


    Le domaine de la fatwâ est un critère pour reconnaître la sincérité des savants. La fatwâ est une réponse - c’est la traduction du mot arabe - à une question concernant la vie du musulman qu’elle soit religieuse ou profane. Celui qui se presse à répondre ou qui cherche à plaire à ceux qui le questionnent, celui-là n’est pas des gens de la fatwâ. La fatwâ est une des sciences les plus exigeantes et la plus difficile à appréhender par le savant. Elle exige une connaissance des plus étendues : la science du Coran, la science du hadith, la généalogie des narrateurs, le fiqh et la connaissance des avis des savants et leurs argumentaires et cela ne suffit pas. Il faut surtout avoir un esprit de synthèse et un pouvoir de déduction de toutes ces connaissances pour émettre une réponse qui répondent aux besoins des demandeurs et qui respecte la loi divine. Toutes les questions exigent une fatwâ (réponse), mais toutes les questions n’exigent pas une réflexion personnelle. Les réponses aux questions concernant les interdits sont connues, ou les réponses aux questions classiques de la zakat ou autres sont connues, il n’y a plus besoin d’effort personnel (اجتهاد ijtihâd). Quant aux questions qui n’ont pas de réponses connues, c’est le domaine des savants de la spécialité et à eux seuls de répondre. Un imam de mosquée n’est pas un mufti (homme qui émet des fatâwâ), lui poser des questions graves (divorce, licite, illicite, etc.) est une erreur à ne pas commettre. On rapporte qu’au temps des sahâba صحابة, lorsque quelqu’un posait une question à l’un d’eux, il l’envoyait à quelqu’un d’autre de peur de répondre. La peur de répondre à une question qui nécessite un effort personnel est la preuve de la sincérité du savant. La réponse met en jeu les valeurs et les fondements de l’islam : obéissance à Dieu, paradis ou enfer, licite ou illicite. Celui qui émet les fatâwâ porte la charge de ce qu’il dit et la faute commise par ceux qui le suivent, ce n’est donc pas un acte aisé.


     


    Le scrupule de l'Imâm Mâlik transparaît dans sa parole : " La chose la plus éprouvante pour moi c'est d'être interrogé sur une question du licite ou de l'illicite, car il s'agit de trancher dans la religion. " Il disait par ailleurs : " Celui qui aime répondre aux questions concernant la religion, qu'il pense qu'il s'expose par cela au paradis ou à l'enfer, et qu'il réfléchisse à la façon de s'en sortir au jour dernier puis, qu'après cela, il réponde. Et il n'y a rien de plus dur pour moi que de répondre à une question sur le halâl et le harâm, car cela (la réponse) est une affirmation d'une Loi d'Allah et j'ai connu des hommes de science dans notre pays (en parlant de Médine) pour qui, répondre à une question concernant le halâl et le harâm était aussi terrible que de subir la mort ". Il disait : " Parfois, on me fait part d'une question et je passe toute la nuit à la traiter." Il arrivait qu'une personne vienne le consulter pour une question juridique et reparte avec pour toute réponse de l'Imâm : " Laisse-moi, je dois y réfléchir." La précipitation n'avait aucune place dans ses verdicts. Plus encore, quand l'Imâm était questionné sur une chose qu'il ne savait pas, il répondait sobrement : «  Je ne sais pas "لا أدري"  ». Il aimait répéter : «  Je ne sais pas, est une réponse exacte à une question posée  ». C'est ainsi que l'Imâm Mâlik passa des années sans avancer une opinion sur certaines questions complexes et ambiguës. Il dit : " Voilà une dizaine d'années que je réfléchis à une question, sans arrêter une opinion ." On rapporte qu'une personne est venue d'Afrique du Nord et lui posa 40 questions sans obtenir une seule réponse. Il insistait en lui disant : " Je suis venu jusqu'à toi de mon lointain pays pour te poser ces questions et voici que tu me réponds que tu ne sais pas, toi le grand Imâm de Médine. Que vais-je dire aux miens ?" Et Mâlik de répondre : " Dis-leur que Mâlik ne sait pas ." A ceux qui le critiquent pour ses réponses négatives, il répondait : Celui qui a envie de répondre à une question, qu'il place devant lui le paradis et l'enfer et qu'il imagine sa position devant Allah demain (le jour du jugement).


     


    من أحبَّ أن يجيب عن مسألة فليعرض على نفسه الجنة والنار و ليتصور موقفه من الله غداً


     


    Mâlik avait pris à son compte la parole du compagnon du prophète Abû Dardâi أبي الدرداء : ““je ne sais pas” c’est la moitié de la science لا أدري نصف العلم”. Il n’était pas le seul, Omar disait : “la science c’est le livre (Coran), la sunna et “je ne sais pas”. Avant d’émettre la moindre fatwâ, Mâlik disait « لاحول ولا قوة إلا بالله. Il n’y a de pouvoir et de puissance que grâce à Allah ». Ibn Wahb ابن وهب a entendu Mâlik dire : « J’ai appris les sciences pour moi-même et non pour que les gens aient besoin de moi. Mais les gens sont ainsi ». On peut citer des centaines de récits qui rapportent que Mâlik a été questionné sur plusieurs sujets et n’a répondu que sur quelques-uns. Il disait : « Que suis-je pour savoir tout ce que vous ignorez, Ibn Omar disait « je ne sais pas », qui suis-je pour répondre ». En matière de jurisprudence, Mâlik puisait dans le Coran, exigeant que l’exégète ait une excellente maîtrise de la langue arabe. Puis, il s’appuyait sur le hâdîth et la sunna, avec une grande minutie dans l’authentification des narrations et de sincérité des narrateurs. Il considérait la pratique des gens de Médine comme un argument législatif.


     


    On rapporte que la première fois que Mâlik a été amené à émettre des fatâwâ c’est quand un groupe d’Egypte vint pour poser des questions à son cheikh Rabî‘ah. Celui-ci venait de rejoindre la miséricorde de l’Eternel, le groupe demanda aux gens de Médine à qui poser leurs questions, ils indiquèrent tous Mâlik qui était un jeune homme. Chaque fois que le groupe lui posait une question, Mâlik pleurait puis répondait. Souhnoûn سحنون le grand savant malikite de Kairouan (Tunisie) a expliqué cela en ces termes : « Il pleurait car il avait une réponse à la question et avait compris que dorénavant les gens avait besoin de lui ». Mâlik a rapporté qu’un jour son professeur Rabî‘ah a pleuré beaucoup, on lui demanda quel malheur s’était abattu sur lui. Il répondit : « Aucun, mais on a questionné aujourd’hui un homme qui n’avait aucun savoir. »
    La première fois que Mâlik s’opposa dans sa fatwâ aux savants de Médine, c’est quand il fut interrogé par Al Hassan Ibn Zayd الحسن بن يزيد, gouverneur de la ville au sujet d’un l’homme décédé qui avait promis ses deux filles aux fils de ses frères et avait touché la dote. Ibn Abi Dhaïb ابن أبي ذئب, grand mufti de Médine et les autres savants avaient conclu à la légalité de la procédure. Mâlik, qui était un jeune homme, déclara le mariage illicite à la colère de l’assistance. Son argument était qu’on n’a pas désigné le nom des deux époux autrement dit qui doit épouser qui. Tous admettront son argumentaire et cette fatwâ fera jurisprudence après Mâlik. Il s’opposera à ses cheikhs concernant le voleur de blé, celui-ci avait volé une quantité proche de celle qui condamnait à la main coupée. Les cheikhs voyaient qu’il mérite le châtiment et Mâlik voyait que la main n’est coupée que pour une somme supérieure à celle citée, c'est-à-dire un quart de Dinar. Tous les autres savants approuve la fatwâ de Mâlik et lui reconnurent sa science. Quand le gouverneur de Médine réunissait les savants pour une question juridique, Mâlik était toujours le dernier à parler. Ibn Hourmouz, son cheikh lui avait donné ce conseil : « Si tu es en présence des gens du pouvoir soit le dernier à parler et ne parle que peu ». Mâlik ne voulait pas répondre aux suppositions et ne traitait que des cas avérés. Il disait en cela : « la meilleure manière pour un savant de nuire à la science est de répondre à toutes les personnes qui l’interrogent ». A ce sujet, Mâlik a dit une phrase qui devrait être inscrite en lettres d’or et que chacun devrait avoir devant lui lorsqu’il émet une fatwâ : « Il n’est pas de l’habitude des gens, ni de ceux qui nous ont précédé et je n’est rencontrer personne qui en parlant d’une chose :ceci est licite ou ceci est illicite. Aucun d’eux n’aurait osé dire cela, mais ils disaient : nous détestons cela, nous voyons cela bon, nous évitons cela, nous ne voyons pas cela. »


     


    لم يكن من أمر الناس ولا مَن مضى من سلفنا، ولا أدركت أحدًا أقتدي به، يقول في شيء: هذا حلال وهذا حرام، ما كانوا يجترئون على ذلك، وإنما كانوا يقولون: نكره هذا، ونرى هذا حسنًا، ونتقي هذا، ولا نرى هذا". وزاد عتيق بن يعقوب عن مالك: ولا يقولون حلال ولا حرام، أما سمعت قول الله عز وجل: (قُلْ أَرَأَيْتُمْ مَا أَنْزَلَ اللَّهُ لَكُمْ مِنْ رِزْقٍ فَجَعَلْتُمْ مِنْهُ حَرَامًا وَحَلاَلاً قُلْ آللَّهُ أَذِنَ لَكُمْ أَمْ عَلَى اللَّهِ تَفْتَرُونَ) (سورة يونس: الآية59)، الحلال ما أحلَّه الله ورسوله، والحرام ما حرَّمه الله ورسوله  


     


    Un de ces élèves 'Atiq Ibn Ya'qoûb عتيق بن يعقوب a rajouté, le tenant de Mâlik : « Ils ne disaient ni licite ni illicite, n’as-tu pas entendu la parole divine « Que dites-vous de ce qu'Allah a fait descendre pour vous comme subsistance et dont vous avez alors fait des choses licites et des choses interdites ? - Dis : " Est-ce Allah qui vous l'a permis ? Ou bien forgez vous (des mensonges) contre Allah " sourate 10 verset 59 » ; Le licite est ce que Allah et son prophète ont autorisé et l’illicite est ce que Allah et son prophète ont interdit. ». Quand il émettait une fatwâ, où il n’y avait pas de texte sûr, il disait à la fin : « je crois أظن ». Ces élèves lui reprochaient cela, il se justifiait par le verset coranique du sourate 45 verset 32 : إن نظن إلا ظنا وما نحن بمستيقنين et nous ne faisions à son sujet que de simples conjectures et nous ne sommes pas convaincus.». Il rajouta : « j’ai peur qu’à cause de cette fatwâ, je ne subisse le jour du jugement, les pires tourments. La science n’est pas sans conséquence. La science est un poids énorme et il le sera encore plus le jour du jugement ».


    Mâlik a émis beaucoup de fatâwâ qui ne suivent pas l’avis de la majorité des autres savants, c’est le cas aussi des autres grands imams. Il a autorisé la femme à demander le divorce si elle découvre un défaut chez son époux et que ce défaut n’était pas apparent le jour du mariage. Le défaut peut être physique ou comportemental. Il a émis des conditions concernant la polygamie et ceci dans le but de protéger les droits de l’épouse et des enfants. Le fait d’épouser une autre épouse ne doit pas provoquer de tord à la première famille, le but de la charia est de protéger les droits existants en premier lieu au détriment de ceux à venir.
    Une autre fatâwâ célèbre oblige celui qui a construit un mur sur ses terres de le démolir s’il empêche son voisin de profiter du soleil qui est un bienfait divin et aucun homme ne peut priver un autre de ce que Dieu donne. Concernant l’héritage par exemple, il disait qu’on ne pouvait pas l’amputer des dettes de Dieu comme la zakat par exemple et cela même si la dette est établie. Autrement dit, on ne peut pas sortir la zakat si le mort ne la pas fait lui-même au contraire des dettes que le mort avait contracté avec les hommes. Il voyait dans cela un préjudice pour les personnes alors que Dieu est clément concernant son droit sur les hommes.
    Il a été aussi l’objet de critiques et de moqueries quand il a admis que la grossesse pouvait se poursuivre pendant trois ans dans le ventre de la mère.
    Il n’autorisait pas de jeûner les six jours de Chawâl شوال (le mois qui suit Ramadan) et considérait cela comme un rallongement du mois de Ramadan. Il se basait sur la pratique des Médinois.
    Mais l’apport le plus important de l’imam Mâlik est la reconnaissance des us et coutumes des contrées si celle-ci ne s’opposait pas à un texte clair et véridique. C’est une des raisons de la propagation de l’école Malikite en dehors du monde arabe : Andalousie, Afrique du nord etc. En effet, les us et coutumes de ces pays n’étaient pas ceux des arabes et en tenir compte dans la législation a facilité l’acception de l’islam dans ces pays.
    Qu’Allah récompense à sa juste valeur ce drapeau de la science et de la sunna et l’accueille dans les largesses de son paradis auprès de notre bien aimé prophète, Allah exauce ma prière Amin.

    23
    amina
    Mardi 3 Février 2015 à 12:28
    que Dieu nous guide
    24
    Anis
    Mardi 3 Février 2015 à 13:32

    Que de questions existentielles........... Qu'Allah nous guide.

    25
    Ishaa
    Dimanche 8 Février 2015 à 02:54

    Assalamu'aleykum. Personnellement, je suis en total désaccord avec cette fatwa. Les hadiths nous apprennent comme quoi que seules les représentations humaine et animale sont interdites. Donc personnellement, je pense que tant qu'il n'y a pas de dessin représentant un humain ou un animal il n'y a pas de problème. L'essentiel c'est d'avoir l'intention de prier. 


    Allahu'ahlem

    26
    Abdallah
    Jeudi 2 Avril 2015 à 15:00
    Totalement en desaccord, mon pere vit et travaille en Arabie et ttes les nattes de prieres qu'il achete aux abord de la mecque possede une image de la kaaba
    27
    Cheickna
    Jeudi 2 Avril 2015 à 16:36

    Moi je ne dis plus rien lol, je ne suis pas sur que mes bonnes actions soient suffisantes pour cela, il se peut que je dise une bêtise et que tout le monde la lisent et la prennent pour vrai :/

    Pour ceux qui l'ont esquivé à cause de sa longueur, je vous conseille de lire ce que @Fares a posté, barakaAllahoufik frère, qu'Allah nous pardonne à tous, amin.

    PS : poste 22, fatawa de l'imam Malik qu'Allah lui fasse miséricorde, amin!

    28
    Haidar
    Jeudi 2 Avril 2015 à 17:32
    29
    James
    Vendredi 3 Avril 2015 à 08:08
    Looool... Sacré fatwa... Le but n'est pas de naître musulman , ms de mourir musulman... Aujourd'hui qui est sur de mourir musulman?! Et Avec la chahada comme dernière parole?! Personne je pense.. Alors travaillons sur notre foie et faisons la augumenter jusqu'à ce que l'ange de la mort vienne à notre rencontre.. Préparons l'au delà de la meilleur des manières, arrêtons de polémiquer sur un tapis... À savoir, que la prière doit être faite sur quelque chose ou un endroit propre.. Point barre... Pas de futilité et de débat qui ne fait que fr reculer et divisé la oumma, cbien de personne ne font pas la prière par ex..? Cbien ce dis musulman et ne pratique pas..? Faisons le rappel à ns mm, à nos frères, sœurs, voisins... Car le rappel profites aux croyants.
    Allahou a3lem.
    30
    Marie
    Vendredi 3 Avril 2015 à 09:30
    C'est pas soit disant il est dit : " Allah nous facilite pour la pratique de notre religion " !??! Deux articles que je lis et c'est vraiment n'importe quoi. Il y a des problèmes beaucoup plus grave dans le monde et au lieu de sa on blablate sur des dessins sur un tapis. Mon avis : tant que tu a la nia et que ton cœur est bon alors tu est dans le vrai. C'est tout simple !! Mais je ne suis pas savant !
    31
    cs
    Vendredi 3 Avril 2015 à 09:31

    Problèmes d'arabe-français??? Le sheikh qu'Allah lui fasse miséricorde répond clairement, "il convient de ne pas prier dessus" = "il est déconseillé de prier dessus" et il ne dit pas : "il est interdit de prier dessus". Pour ceux qui auraient du mal en français prenez un dictionnaire près de vous lorsque vous lirez la prochaine fois. La seule chose qu'il n'a pas permise c'est la représentation de la kaba sur les tapis, pas de prier dessus!! (en gros pour que ça ne se propage pas).

    je suis d'accord avec @Une sœur (poste 16) et @Kassim (poste 18). Une fatawa reste général, si tu ne te sens pas concerné, passe ton chemin, soubahanaAllah! Je rappelle tout de même que la concentration est super importante dans la prière, parce que, ce que l'on recherche dans la prière c'est pas seulement sa validité (le gestuel) mais surtout son acceptation (le spirituel, la concentration). Et Allah est plus savant.

    et Amine pour ceux qui ont fait des invocations (on ne sait jamais Allah accepte) :))

    32
    cs
    Vendredi 3 Avril 2015 à 09:44

    @Marie, salam aleyki, amin pour ton invocation. Désolé de te reprendre, si tu as la solution pour les problèmes plus importants je t'écoute. Premièrement si tu n'es pas sur ou que tu n'as pas de science ne dit rien, sinon ça ne pourra être que contre toi. Deuxièmement, le prière et tout ce qui y a attrait est important, je te rappelle que celle-ci a été rendu obligatoire comme un cadeau de la part d'Allah lorsque le prophète aleyi salat wa salam était au plus bas de sa vie (on appelle cette année la, l'année de la tristesse). Et pour finir, n'insulte pas les articles, comme je disais plus tôt, si ça te concerne pas, va t'engager dans une association humanitaire, pour certains c'est important. Les admins de ce site font un travail machaAllah (qu'Allah les récompense, amin!) pour que ceux qui ont le doute sur certains points dans leur pratique religieuse, ou leur apporter un peu d'espoir. je te prierai de respecter leur travail. barakaAllahoufiki, wa salam aleyki wa rahmatoullah

    33
    sam
    Dimanche 3 Mai 2015 à 02:56

    j'en ai un et ma concentration est bien, l'image ne me perturbe pas, je suis  dans mes prières

    34
    kiasoso
    Mardi 9 Juin 2015 à 10:38

    soubhanalah je m'intérrogais dessus hier.

     

    35
    Sab
    Jeudi 13 Août 2015 à 22:56
    Salam waleykoum
    Barack Allah oufik akhi Fares tu m'as donné envie d'en savoir bien plus sur la vie de l'imam Malick.
    D'ailleurs si quelqu'un a un ouvrage (un bon hein lol) à me conseiller je suis preneuse!


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :